Prendre le large en naviguant avec l’application ShareMySea

Prendre le large en naviguant avec l’application ShareMySea

Passionné d’océan, de voyages et des activités nautiques comme la planche à voile, le wakeboard, la pêche et les balades en mer à voile ou à moteur, Olivier Robé est fan d’Hoëdic et du Golfe du Morbihan. Il est également l’associé de la startup ShareMySea, la première application mobile de partage de sorties en mer entre particuliers.

Histoire d’Olivier Robé, l’associé de la startup ShareMySea

Quel est votre parcours ?

Je suis né au Gabon sous l’équateur les pieds dans l’eau ! J’y ai passé toute mon enfance et mon adolescence, sur un bateau bien entendu, mais aussi en compagnie de dauphins et d’éléphants ! Après des études en école de commerce à Nantes, j’ai lancé avec mon associé l’une des premières agences digitales en France en 1995. Entrepreneurs et marins dans l’âme vous l’aurez compris, nous avons lancé l’application mobile ShareMySea en juillet dernier.

Qu’est-ce que vous vouliez faire quand vous étiez petit ?

Naviguer et voyager, et c’est ce que j’ai fait ! Sur un plan professionnel, j’avais envie d’entreprendre, mais je n’ai trouvé ma voix dans le digital que quelques années plus tard.

Aviez-vous déjà une âme d’entrepreneur ?

Oui, j’ai toujours eu envie de créer et de mener à bien des projets. Mon enfance en Afrique a certainement été pour quelque chose dans le développement de ces traits de caractère. Je ne suis pas certain que l’on devienne entrepreneur, on l’est ou on ne l’est pas. Il faut avoir le goût du risque, aimer innover, identifier des moments de ruptures technologiques ou d’usage, accepter d’échouer (et de réussir !), apprendre de ses erreurs…

En savoir plus sur l’application ShareMySea

Quelle est votre idée de départ ? Quel est votre concept ?

ShareMySea est la première application mobile de partage de sorties en mer entre particuliers, aussi appelé nautisme collaboratif, plaisance collaborative ou conavigation. L’idée c’est la mise en relation des propriétaires de bateaux et des personnes qui ont envie de naviguer via une application mobile et un smartphone toujours présent dans notre poche, sans les contraintes d’une bourse aux équipiers classique (abonnement, frais d’entrée).

Qu’est-ce qui vous a inspiré ShareMySea ?

Mon associé Thomas Georgelin est lui aussi passionné d’océan. Lui a passé son enfance à l’île d’Yeu. Ensemble, nous avons fait plusieurs constats : forte mutation du marché nautique (âge moyen des propriétaires de bateau élevé, bateaux qui sortent peu), passage de l’économie de la propriété à celle de l’usage. Les jeunes sont de moins en moins à vouloir acquérir un bateau, mais 10 millions de personnes souhaitent prendre le large de manière occasionnelle, sans contrainte, sans toujours avoir les moyens d’acheter ou de louer un bateau et sans avoir parfois les compétences requises. Les propriétaires de bateaux, eux, sont souvent à la recherche de coéquipiers pour partager une passion, pour effectuer les manoeuvres, pour des raisons de sécurité et pour partager leur passion !

Prendre le large en naviguant avec l'application ShareMySea

Avez-vous eu d’autres idées avant ShareMySea ?

Oh oui beaucoup ! J’avais par exemple imaginé un concept très proche de Snapchat plusieurs années avant son lancement. J’avais géré ce projet en parallèle de mes activités. À voir son succès, j’aurais sans doute dû être plus rapide !

A quel moment avez-vous décidé de vous lancer ?

Nous avons eu l’envie de lancer un service dans le nautisme et le digital il y a quatre ans. On a commencé à travailler sur ShareMySea il y a trois ans. Tout s’est concrétisé en juillet 2016 lors de la sortie de la première version de l’application. L’accueil de cette version test du concept a été bon avec plus de 32 000 téléchargements en moins de deux mois, dès son lancement.

“Le but est de créer une véritable communauté et de faciliter la rencontre entre nos membres”

Quelles sont les prochaines étapes pour ShareMySea ?

Nous venons juste de lancer la deuxième version de l’application téléchargeable sur iOS & Android. Il y a de nouvelles fonctionnalités telles que le CV nautique. Chacun pourra renseigner le sien en précisant son niveau, ses envies, ses disponibilités, etc. Le but est de créer une véritable communauté et de faciliter la rencontre entre nos membres. Nous avons également simplifié la démarche pour publier une sortie en mer. Une fonctionnalité d’alerte permet d’être averti de la publication d’une annonce correspondant à ses envies.

Qu’est-ce qui vous motive aujourd’hui ?

Ce qui nous anime, c’est la volonté de rendre la mer accessible au plus grand nombre. On aimerait qu’il y ait plus de gens qui naviguent et moins qui regardent les bateaux au loin en se disant que ce n’est pas pour eux. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons conçu une application et que l’inscription à ShareMysea est gratuite et sans abonnement. Nous voulons faciliter l’accès au nautisme pour que chacun ait la chance d’embarquer pour la première fois ! Cet objectif va dans le sens des attentes des professionnels des filières « Nautisme & Tourisme », car de manière paradoxale, la mer n’a jamais autant fait rêver, mais les places de ports se libèrent, pyramide des âges et contexte économique obligent. Pourtant à titre d’exemple plus de 100 000 permis bateaux sont délivrés chaque année.

Prendre le large en naviguant avec l'application ShareMySea

Quels sont vos objectifs à court et long terme ?

Nous visons les 70 000 téléchargements de l’application pour la saison 2017. De nouveaux services vont être progressivement déployés. Enfin, nous réfléchissons au lancement de ShareMySea dans d’autres zones géographiques. 2018 devrait être une année plutôt intense !

“Ne pas se laisser décourager et fournir ses efforts dans la durée.”

Quel conseil souhaitez-vous donner à quelqu’un qui souhaite se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ?

Aller au bout de ses idées, mais avec pragmatisme et réalisme, savoir écouter les bons conseils. Ne pas se laisser décourager et fournir ses efforts dans la durée. Lancer un concept est toujours plus long que l’on ne le pense !

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

Juste une anecdote de pêcheur alors, avant de prendre la mer ! Je devais avoir une dizaine d’années. J’étais parti seul pour une fois et sans cannes à pêche. Je suis rentré au port sous les yeux surpris de mes parents avec un très gros poisson dans le bateau… Ce brave thonidé avait eu la bonne idée de sauter dans le bateau ! Les dieux de la pêche ne m’ont pas toujours été aussi favorables !

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *